top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAurélie bourmaki

Raisonner en termes de besoins

Raisonner en termes de besoins est une notion à la base de la communication non-violente.

Il s’agit d’intégrer le fait que derrière toute communication, derrière tous sentiments ou émotions, se cache un besoin.

Si vous êtes en colère, c’est qu’en vous un besoin n’est pas respecté.

Si vous vous sentez heureux, c’est que vos besoins sont satisfaits.






Mais attention, il faut distinguer les besoins universels, communs à tous, des stratégies qui, elles, sont multiples et personnelles.

Par exemple, j'adore lire des bouquins de pédagogie et d’éducation et très peu de personnes partagent cette passion. En revanche, le besoin comblé par ces lectures, le besoin d’apprentissage et d’information est partagé par beaucoup plus de personnes et tous peuvent s'y identifier.

Autre exemple, faire de la natation est une stratégie liée au besoin d’exercice physique, besoin que l'on a tous ressenti un jour.

Raisonner en termes de besoins, nous aide à nous relier à l’autre car quoiqu’il fasse c’est une stratégie pour satisfaire un besoin, son besoin. Besoin que l’on a éprouvé nous aussi certainement à un moment donné de notre vie.

Pour chaque besoin il pourra y avoir une multitude de stratégies mises en place.

Les besoins sont les mêmes pour tous, mais ils s’exprimeront différemment selon les époques, les cultures et les personnes.



On peut regrouper les besoins en neufs domaines : les besoins physiologiques, les besoins de sécurité, les besoins d’empathie, les besoins de créativité, les besoins d’amour, les besoins de distractions, les besoins de repos, les besoins d’autonomie, les besoins de spiritualité.

Maslow et sa fameuse pyramide les regroupe en 5 catégories :





Les enfants ont particulièrement des besoins de survie (alimentation, élimination, repos,) et d’amour (affection, reconnaissance, proximité). Mais ils ont aussi des besoins liés à leur épanouissement intellectuel et moteur (jeu, rire, mouvement, liberté, curiosité) et des besoins de sécurité (réconfort, harmonie, confiance).



Se relier au besoin de l’enfant nous permet de rester patient(e) et de prendre un peu de recul face aux crises qui peuvent être si exaspérantes.

L'intérêt de penser en termes de besoins, c’est de pouvoir rester souple sur les stratégies. En vrai, l’important est de combler notre besoin ou le besoin de notre enfant, peu importe comment finalement. Cela nous permet de lâcher prise.

Les crises et « caprices » des enfants sont l’expression d’un besoin insatisfait. L’enfant n’a pas besoin de ce gâteau pour lequel il pleure si fort mais il a besoin de manger, de sommeil ou de présence. L’enfant n’a pas besoin de jeter tous les jouets par terre, il a besoin de présence, de sécurité (un cadre), de considération etc, alors sa stratégie pour attirer l’attention à lui consiste à être bruyant vis-à-vis de l’entourage.



Quand l’enfant communique, que ce soit par la parole ou par son comportement, c'est au parent de décoder le réel besoin sous-entendu dans son message. La pratique de l’écoute active vous permettra d’effectuer efficacement ce décodage.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’écoute active voici le lien de l’article qui traite ce sujet.



Et toute la difficulté de l’éducation va être de respecter au mieux les besoins de l’enfant tout en respectant au mieux ses propres besoins.

Trouver un juste équilibre et permettre à chacun de se sentir compris et considéré.


Quelques lectures pour aller plus loin?

  • Parents efficaces de Thomas Gordon.

  • Les mots sont des fenêtres de Marshall Rosenberg.


“Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins...” Jean deLaFontaine.


16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page